Quelques gothic lolitas #34

Test. 1-2. 1-2. Faites pas gaffe, j’essaye un truc…

Utilisant mon téléphone portable comme relais Wi-Fi, je teste ici même la possibilité de poster sur mon blog depuis ma tablette. Pour le moment l’essai semble concluant.

Par contre, la mise en page risque de souffrir un peu, ne m’en tenez pas rigueur…

Il est un peu tard pour afficher mes cadeaux de Noël, aussi parlons jeux vidéos. J’ai eu une idée d’article qui nécessiterait pleins de développements érudits mais la flemme de (re)faire plein de jeux m’en empêche. Posons alors, pour introduire les images, le problème du poids et de l’encombrement de l’inventaire dans le jeux vidéo. Je suis en train de refaire sur cette même tablette qui me sert de PC de secours, Les Chevaliers de Baphomet, point’n click fameux de la PlayStation. Le héros de ce jeu, Georges Stobbart, possède non seulement un accent américain absolument charmant mais aussi la veste la plus improbable du jeu vidéo. Cette dernière semble en effet ignorer les limites physiques de contenance rappelant les divers sacs multiplanaires que le PJ de JDR finissait invariablement par acquérir.

Un outil pour retirer un plaque d’égout ? Aucun souci, ça rentre. Un théodolite ? Bah! Il rentrera sans problème dans un short une fois plié…

Au collège, avec mes joueurs, la veste de Georges Stobbart était devenue une convention de jeu de rôle. Quand je faisais remarquer que cette énième arbalète était de trop et risquait de compromettre l’équilibre du personnage, je me prenais invariablement un: « T’as gueule, j’ai la veste de Georges Stobbart » équivalent au « T’as gueule, c’est magique » du maître de jeu.

Dans toute fiction ludique, la gestion du poids et de l’encombrement est un vrai problème car le réalisme conduit obligatoirement à limiter l’amusement car il limite les possibilités laissés au joueur. Si la schématisation des vieux jeux pardonne l’accumulation hallucinante d’un Zelda, le réalisme actuel lui, rend le joueur moins crédule à ces errements… Tout est bon pour faire passer la pilule: coffre magique de Résident Evil, limite de poids indépendante du volume dans Skyrim, inventaire à cases dans Deux Ex… Il faut trouver une assise logique qui devient par la même un enjeu de gameplay. Bien courageux sera le jeu qui imposera un inventaire réaliste limité à deux poches de jeans…

Je l’a trouve bien stylée, cette dernière. GG à l’artiste.

Publicités
Cet article a été publié dans Gothic Lolitas. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s