Quelques gothic lolitas #29

─ J’arrive très bien avec le pouce…
─ Mais non, Il faut frotter avec l’index en passant sur le bouton.
─ Moi je te dis qu’il faut utiliser une petite cuillère, tu la cale sous de doigt et…
─ Nan, le mieux, c’est de démonter la manette. Carrément. Comme ça tu as accès au connecteur et tu vas beaucoup plus vite…
Si il y a une chose que le jeu vidéo nous a appris, c’est bien à bourriner les boutons. L’extrait de mes souvenirs ci-dessus vous démontrera que l’on prenait très au sérieux cette phase de gameplay qui rendait le jeu vidéo, et c’est une chose que l’on soupçonnait pas, physique. Oui le jeu vidéo, c’est du sport. Et du violent même.
Si je me remémore ce gameplay si particulier, c’est qu’au détour d’un de mes déplacements ferroviaires, j’ai pu être le témoin de ce qui est à mon sens le digne successeur du tapping anxiogène qui faisait dire à mes proches que le jeu vidéo nous modelait des physionomies de demeurés.
En voyant face à moi un jeune avec un iPhone, j’ai compris que les gameplays bourrins et sans subtilité avaient encore un bel avenir devant eux.
Oui, vous l’aurez deviné, je parle ici du frottage d’écran (et non du frottis hu, hu, hu). Me rappelant mes débuts à Tracks & Fields 2 sur NES, j’observais avec attention ce gamin frotter désespérément son écran comme moi j’écrasais aussi vite que possible mon bouton A en espérant aller Citius, Altius, Fortius comme le soulignant ce cher baron de Coubertin.
Le jeu vidéo évolue, en bien, en mal, qu’importe. Il faut dans tous les cas, comme pour la grande Histoire, garder en mémoire que celle du jeu vidéo aussi se répète. Hier c’était en maltraitant un bouton rouge, aujourd’hui c’est en ponçant littéralement un écran avec son épiderme. Hier on découvrait le jeu vidéo et ses boutons, aujourd’hui on découvre, on appréhende le tactile et son gameplay. Espérons que de ces expérimentations il en sortira le meilleur pour notre média favori.
______________
Tips…
Alors perso, ma technique consiste à poser la manette sur la cuisse droite (la manette PS se cale naturellement du fait de ses excroissances). Puis le pouce et l’index droit joints (la senestre maintient la manette et peut appuyer sur un bouton au besoin), je laisse reposer l’index sur la touche à bourriner. Au moment de déclencher le bourrinage, bras détendu, je contracte au maximum tous les muscles du bras, sans bouger le poignet, il s’ensuit un mouvement très rapide de répétition de l’index qui garanti un bourrinage de bouton régulier et rapide… Mais qui te fout des crampes. Il faut souffrir pour gagner.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
Cet article a été publié dans Gothic Lolitas. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s