Final Doctor #2

C’est un vrai miracle, j’arrive à me concentrer sur ça! Non parce que d’habitude, je commence un machin et je ne le termine jamais. Bref…
Pour ceux qui suivent, voici la suite de ce qui est ni plus ni moins que la saga de l’été de tout geek qui se respecte. (mais je n’ai pas encore réussi à caler Ingrid Chauvin)

___________________________________________________________________________

Résumé des épisodes précédents, car oui, on résume les épisodes précédents, on fait ça bien. Pas comme la saison 6 de Lost ou Prometheus, mais je m’égare.
Retrouvons nos héros en fâcheuse posture, comme dans cette vieille série de Batman que je regardais sur FR3 le dimanche quand j’étais petit. (celle avec les onomatopées qui apparaissaient à l’écran)
Squall et Zell découvrent sur le parking de la BGU une cabine téléphonique bleue pourtant des annotations anglaises. Circonspects et passablement dégoutés d’être dérangé ainsi durant un sommeil réparateur, nos deux compères décident d’enquêter sur ce phénomène ô combien peu commun. Alors que nos héros inspecte avec résolution l’intérieur de cette étrange découverte, Zell, avec sa subtilité coutumière envers les technologies récalcitrantes, tabasse un machin épileptique qui singe un tableau de bord.
Après moults éclairs et étincelles, l’étrange cabine disparait mystérieusement avec ces occupants…

X.
Sur la plage…

─ Ca s’est arrêté on dirait, se risqua Zell. Et ben tu vois, on est toujours entier!
─ Moi oui. Toi non, répondit Squall
Squall lâcha la rambarde à laquelle il s’était cramponné pendant une très longue minute. Il fonça d’un pas long vers Zell qui commençait à courir autour de la console centrale de l’étrange cabine téléphonique.
─ Pas taper! Pas taper, geignit Zell.
Enfin bloqué par Squall, Zell pris une position contrite.
─ Pitié, supplia-t’il avec les mains jointes au-dessus de lui.
Squall se retint de frapper mais gardait le poing serré à hauteur d’épaule.
─ Okay, se reprit-il. Je me calme… T’as voulu te rendre utile, tu voulais bien faire. D’accord.
Il s’éloigna de lui et montra du doigt la porte.
─ Casses-toi. Je ne veux plus te voir. Tes conneries auraient pu nous péter à la gueule.
Zell se redressa en souriant et se dirigea vars la sortie.
─ Allez quoi! On va encore passer une journée à filer des cours, avoue que ça nous aura changé un peu.
Zell ouvrit la porte et resta sur le palier, figé tel une statue.
Zell ferma la porte et resta sur le palier, figé tel une statue.
─ Euh…
─ Quoi, s’impatienta Squall.
─ On a comme un genre de souci dehors…
─ Quistis qui vient m’engueuler parce que je joue au con avec toi?
─ J’aurai préféré…
─ Et donc… Y’a quoi dehors?
Mais putain, qu’est-ce qu’ils ont tous à ne pas finir leurs phrases aujourd’hui!

─ On est à la plage…
─ La plage? Quelle plage? On est à Balamb? Qu’est-ce c’est que cette merde?
Squall vérifia rapidement sa gunblade, poussa Zell et ouvrit la porte.
Devant eux s’étendait une plage, en effet. Une plage prise dans une petite crique. Le soleil était haut, le ciel bleu avec des nuages paresseux. Derrière le sable blanc se dressait une forêt de palmiers, ou quelque chose approchant.
─ Par les couilles d’Adel! Mais on est où, bordel de merde!
─ On est pas à Balamb. Un vaisseau, je l’avais bien dit. Moche, mais un vaisseau, se félicita Zell.
Squall descendit de la cabine suivit par son ami tatoué.
Plus loin sur la plage, un groupe de personnes s’était arrêté. Ils regardaient tous en direction de la cabine qui trônait d’un même air innocent sur la plage. Tous regardaient avec une curiosité mêlée de crainte. Un homme sorti du groupe en criant ce qui ressemblait fort à des imprécations et couru dans la forêt.
─ On s’est fait un copain, je crois, constata Zell.
─ Bon, on va voir. Mais t’endors pas, on va voir si ils sont hostiles…

Un homme se détacha du groupe, il avançait seul à leur rencontre. Quelques mètres avant qu’ils ne trouvent face-à-face, Squall lança:
─ Hé regarde, on a trouvé ton double maléfique et rouquin!
L’homme en question était en effet roux et comme Zell, il avait une mèche sur le front de la tête qui bondissait d’un bandeau dans une verticalité affolante. Zell trouvait ça stylé, Squall trouvait ça moche. Pour rien arranger, le quidam, qui semblait être une sorte de meneur, avait du bide.
─ Hum… Bonjour? lança t’il pas très rassuré.
─ Bonjour répondit Squall. Euh, on est où?

Le rouquin jeta un oeil en arrière. Ses copains de plage montraient une mine terrorisée.

─ Vous êtes à Besaid… Mais vous venez d’où, vous?
Squall se tourna vers Zell.
─ Ca te parle?
─ Que dalle, lança un Zell dépité. Et puis même à Esthar les mecs ne se trimballent pas en pyjama jaune…

Squall réfléchit deux secondes avant de reprendre la parole:
─ Dis-moi, homme à sandalettes et au nombril apparent. Comment s’appelle ce monde?
Le roux, qui avait du bide, des sandalettes et le nombril à l’air lui répondit:
─ Euh… Vous êtes sur Spira, si c’est ça que vous voulez savoir… Le tout comme si il avait à faire à des dégénérés.
─ Là, ça devient carrément flippant, approuva Zell.
─ Et flippant à cause de qui, à ton avis? rétorqua Squall. Bon. On reprends. Nous avons quitté notre monde grâce… Pardon, à cause d’une putain de cabine téléphonique! Et maintenant on se retrouve paumé dans un monde inconnu avec des types habillés en clowns! Ne le prenez pas mal monsieur, rien de personnel, rectifia Squall.
─ On ne s’est pas présenté, excusez-nous. Zell Dintch, coach sportif. Et voici Squall Leonhart, directeur d’école.
─ Ouais, ouais. Salut.
─ Euh, moi c’est Wakka, capitaine des Besaid Aurochs et Gardien… Vous êtes venu à bord de cette machine?
─ Il semblerait en effet, confirma Squall.
─ Vous savez, ici, les Al-Bheds et les machines sont plutôt mal vus, et on est une petit communauté tranquille alors si vous pouviez…

C’est à ce moment que le fuyard du début refit une apparition. Il était accompagné.
─ Ce sont eux! Ce sont eux! Ils ont une machine interdite! Sin va nous expurger!
Il tomba à genoux en implorant le ciel. Yevon sauve-nous! criait-il.

Un homme jeune à la moue menaçante toisa le binôme, équipé de ce qui ressemblait furieusement à un bâton de sorcier, il releva le prostré.

─ Debout, digne fils de Yevon, tu as fait ton devoir en me menant à ces hérétiques. Arrière, Al-Bhed, suppôts de Sin! Votre heure a sonné!
─ Il nous traite de quoi? s’étonna Zell
─ Je sais pas trop… De suppôt de Sim et de bled. Un taré de plus, laisse tomber.
─ Je suis Melvan, invokeur de Yevon, préparez-vous à périr.

L’homme commença une chorégraphie endiablée sur la sable, des lumières jaillirent du sol, un vent violent commença à souffler. Tous les membres des Besaid Aurochs avaient fui la plage. Les lumières bondirent vers le ciel.

Squall comprit trop tard:
─ G-Force! cria-t-il. En formation!

Même si l’enseignement avait tendance à endormir ses muscles, Les réflexes du champ de bataille revenaient à mach 1 dans sa tête.
─ T’as ce qu’il faut? demanda Zell en craquant ses doigts.
─ Juste Shiva, pour garder les capacités.
─ Ouais pareil, moi j’ai Taurus… Je fonce et je lui pète sa gueule à la dancing Queen.
─ Pas la peine, il va finir son truc, reste à coté. Combat en ligne classique.

Zell s’éloigna de quelques mètres alors que l’invocation s’achevait. Dans une dernière rafale violente, un oiseau monstrueux et gigantesque venait d’achever son apparition.

─ Valefore! Prête-moi ta force ô fier Priant de Yevon! s’écria le dénommé Melvan.
─ Je déteste les mecs qui en font des caisses. J’le casse en deux, s’énerva Zell.
─ Je l’entame, tu achèves. Okay?
─ Quand tu veux, lança un Zell qui trépignait sur place.

Déjà Valefore lança une attaque sur Squall qui parait avec dextérité les serres du monstre. Profitant de l’ouverture Zell fonça sur l’invokeur sans défense et celui-ci rabattit sa créature en urgence pour se couvrir déclenchant une retraite de Zell. Profitant de ce repli, Squall se concentra sur sa G-Force. Les longues années de cohabitation avait rendu Shiva inoffensive pour la mémoire et aussi prompte à agir qu’un pet lâchée sous Booster, se plaisait-il à dire. Alors que Zell se repliait de sa diversion réussie, la déesse des glaces finissait de se matérialiser.
─ Un Invokeur! s’étonna leur adversaire
─ Et une Transcendantale dans ta tronche! répliqua fièrement Squall. Ce dernier, au sommet de son art, renforça la magie de la G-Force qui dépassa de deux fois sa puissance nominale. Un véritable blizzard se précipitait à la rencontre de Melvan qui ne dut son salut qu’a Valefore qui s’interposa, encaissant de plein fouet l’attaque.
L’invocation sombra instantanément dans une inconscience qui déclencha son renvoi vers sa dimension d’origine. Avant même que les deux créatures appelés n’achèvent leur départ, Zell sprinta vers Melvan, arma son poing et dans un dernier bond colla une droite magistrale dans la pommette du pauvre Invokeur qui quitta ses chaussures avant de s’écraser dix mètres plus loin. Il rajouta encore dix mètres en creusant le sable avec son menton.
─ Oula! Moins raide, Zell, c’est un amateur!
─ Putain, mais je l’ai décalqué… Ca va, petit? Zell retourna sa pauvre victime. La joue se gonflait de sang. Le même liquide sortait de sa bouche tout comme des petits cailloux blancs et sanguinolents. Au moins, il respirait…

Je lui ai pété quelques dents! cria-t-il à Squall.Et des os, peut-être… Mais pas beaucoup… Je crois.

─ Vous avez touché à un Invokeur, vous ne vous en sortirez pas comme ça.

Le rouquin du début avait désormais un ballon entre les doigts et l’air de vouloir en découdre. Il semblait plus sérieux que le Melvan qui décorait désormais la plage.

Squall replaça ses doigts sur la gunblade et assura ses appuis.
─ Zell, essaye de rafistoler le petit merdeux, je me charge de ton sosie. Il se tourna vers son nouvel adversaire. Okay, vient par là, le beach boy, faudra pas pleurer quand j’aurai crever ton ballon…

─ Assez, Wakka!
Wakka se figea sur place, surpris et même… Effrayé? Voyant que la tension retombait, Squall relâcha ses muscles et se retourna vers la voix.
Zell finissait un Soin+ sur Melvan et observa le nouvel arrivant.
─ Elle devrait te plaire, elle, se moqua-t’il. Elle a le même goût que toi pour les peaux d’animaux maltraités!
Si Squall n’avait pas pu faire suivre son manteau au col de fourrure, l’inconnue en arborait une sur son généreux corsage. La jeune femme n’avait pas peur de se dévoiler même si ses jambes demeuraient invisibles sous une jupe composée de dizaines de ceintures
─ Lulu, ils ont attaqués un invokeur.
─ Lulu… Je me moque ou pas pour un prénom pareil? se demanda Zell.

Sans en tenir compte, la jeune femme reprit:

─ Wakka, tu sais très bien que Melvan est un abruti qui ne se sent plus depuis qu’il a laborieusement obtenu Valefore. Il lui fallait juste une victime à persécuter…
─ Il reste un invokeur qui combat Sin, nous lui devons notre respect.
─ Vraisemblablement, on les emmerde, constata Squall.
─ Bon ben c’est pas qu’on s’ennuie, mais on va y aller, hein, s’incrusta Zell.
─ Et pas plus tard que tout de suite, répondit Lulu. Vous vous débrouillez bien, mais le maître du débile que vous venez de voir va rappliquer sous peu. Le résultat ne risque pas d’être beau à voir… Et ça pas plus tard que tout de suite.

Lulu regardait au loin, les trois hommes se retournèrent en même temps.
─ C’est lui le maître, c’est ça? demanda Squall.
─ Il n’a pas l’air très très heureux de nous voir, commenta Zell.
Lulu et Wakka s’éloignèrent rapidement ensemble.
─ Bonne chance, s’amusa Lulu.
Squall et Zell cote-à-cote firent face à leur nouvel opposant.
─ C’est pas là le moment où l’autochtone s’interpose courageusement et prends la défense du pauvre étranger pris dans un quiproquo? questionna Zell.
─ En théorie, oui répondit Squall. Mais ils n’avaient pas l’air au courant.

Le nouvel invokeur, un homme solidement bati et aux tempes grisonnantes avait amorcé un nouveau rituel d’invocation.
─ Ah lui, il n’est pas du genre à nous faire un discours, nota Zell.
─ Quoi qu’il sorte de ce truc, on garde la même tactique, ordonna Squall.
─ Yep.
L’invocation se terminait dans une déferlante de vent où quelque chose semblait se laisser  tomber du ciel à une vitesse affolante.
─ Ca souffle plus que pour l’autre hein? remarqua Zell.
La Chimère atterrit avec force poussant dans la foulée un rugissement brutal.
─ Zell?
─ Yep.
─ Tu le reconnait?
─ Yep.
─ C’est… C’est sympa, cette apparence…
─ Plus de couleurs, oui. Moins grand par contre.
─ Oui, voilà. Mais on sent néanmoins la force, la puissance qui se dégage de l’ensemble, n’est-ce pas?
─ Exactement. Il fait toujours son petit effet, c’est ça qui est bien avec les grands classiques. On dira ce qu’on voudra mais Bahamut reste une grande invocation, une de celles qui marquent, tu vois.
─ Ah? regarde, il prépare un truc, je crois.
─ Ah oui, tiens.
─ Zell?
─ Oui?
─ ON SE CASSE! gueula Squall qui commençait déjà à sprinter. Zell se lança à sa suite, pendant que Bahamut plantait ses griffes dans le sol. L’Ouroboros qu’il arborait dans le dos commençait à tourner dans un bruit toujours plus terrible. Une vague d’énergie pure fut propulsée devant Bahamut, l’Overdrive Mega-Atomnium créait devant lui un tunnel de destruction totale. Squall et Zell plongèrent en urgence chacun de leurs cotés, le dos quasiment brulé par la vague de chaleur de l’attaque.
Squall roula de coté pour faire face à l’invocation. Dans la même seconde, Zell se rétablissait et continuait sa course.
Un genou au sol, le directeur de la BGU lança un Metldown qui frappa Bahamut de plein fouet et reparti dans sa fuite.
─ FONCE A LA CABINE!
─ Je ne t’ai pas attendu pour ça! répondit Zell.
Bahamut, sur l’ordre de son maitre, recommençait la même attaque. Le délai était plus long mais le timing pour arriver à la cabine allait être serré…
Zell était bientôt au bout de sa course.
─ Y’a un con sur la trajectoire! s’écria t’il
En effet, une silhouette qui semblait un peu perdue se trouvait pile devant la porte.
─ Mais pousse-le! hurla Squall
─ Ok!
Zell accéléra encore puis fonça avec un coup d’épaule sur le pauvre malheureux qui était sur le chemin. La porte de la cabine claqua violemment, propulsant les deux corps enchevêtrés sur le sol de celle-ci. Squall s’épuisait dans un sprint final alors que le deuxième Mega-Atomnium commençait à vitrifier une nouvelle fois la zone.
Il dégaina la gunblade dans un bond qui lui franchir à son tour l’entrée de la cabine.
Encore fallait-il maintenant faire décoller cette foutue cabine…
Si ça marche pour lui, pourquoi pas moi?
Dans le saut, Squall écrasa la lame de la gunblade sur le tableau de bord, espérant déclencher une réaction de celle-ci. L’arme creusa un profond sillon à coté de la marque du poing de Zell, et le soldat balafré rencontra le tableau de bord de plein fouet.
La cabine ne manqua pas de réagir et dans un soubresaut d’étincelles, de flashes et de bruit désagréables disparût une nouvelle fois en laissant l’attaque de Bahamut lui passer au travers et creuser une nouvelle tranchée dans le sol de Besaid.

Squall Leonhart se releva doucement en examinant son visage. Sa petite cascade l’avait tuméfié son épaule et du sang coulait un peu de l’arcade. Rien de grave.
─ Ca va?
Zell était debout, il aidait à relever… Quelqu’un d’autre?
─ Bordel de… Zell.. C’est qui?
─ Ben, tu m’a dit de le pousser!
─ Oui, le pousser de devant toi, enfin!
─ Eh beeeeen… Je l’ai poussé à l’intérieur! Voilà.
L’inconnu se redressait, complètement perdu:
─ Je… J’étais avec une fille, qui parlait un langage bizarre. Puis y’avait ce monstre géant. Et je me suis retrouvé sur la plage… On se battait, et vous m’êtes tombé dessus.
─ C’est rien mon vieux, on va t’expliquer tout ça. C’est parfaitement logique, le rassura Zell. Sympa, le bermuda. Et ton nom c’est?
L’homme dévisagea les deux Seeds d’un air perplexe.
─ Tidus…

Publicités
Cet article a été publié dans Fan-fics. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Final Doctor #2

  1. Ping : QGL #30 Spécial Halloween | Intrigue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s