Les armes emblématiques du jeu vidéo #7: Le fusil à pompe.

C’est l’arme qui nous fait jubiler, l’arme de la dernière chance quand tout semble perdu. Un bruit caractéristique, une détonation violente… Que serait-un un jeu d’action sans fusil à pompe? 
Un sacrilège! 
Ce serait comme, je sais pas moi, une vanne sur Soulcalibur sans le mot « nichon », un Zerg qui ne pose pas B2 ou même un jeu Bethesda sans bug.
Bref, ça n’existe pas…
L’arme est indéboulonnable des jeux vidéos, ce système archaïque de rechargement résiste même aux évolutions techniques les plus pointues car même un jeu de SF en 3210 aura un fusil à pompe. 

Le fusil à pompe c’est aussi un gameplay immuable, dont le potentiel ludique est tel qu’il n’est pas prêt d’être remis en cause. Radical, puissant, bourrin ou même phallique autant de qualificatifs qui collent au fusil à pompe et en font une arme emblématique du jeu vidéo.
Parler du fusil à pompe, c’est parler aussi de sa munition, de son utilisation et de son impact psychologique, pour ensuite aborder le volet jeu vidéo qui sera assez léger car l’arme, comme son utilisation in game, n’appelle pas trop à la réflexion.

Un modèle classique, le Mossberg 590.

 

I-Le fusil à pompe et son utilisation

Le fusil remonte au milieu du XVIème siècle et le terme désigne à l’origine la pièce servant à créer les étincelles pour mettre le feu à la poudre d’une arquebuse.
Le fusil est une arme d’épaule à canon long et lisse, car les rayures font passer l’arme dans la catégorie « carabine ». On considère aussi que seul le fusil tire des cartouches qui contiennent des plombs, mais cette distinction concerne la terminologie de la chasse.

Les types de fusil se distinguent par leur méthode de rechargement, qui peut être par la bouche (les arquebuses) ou par un canon basculant (canons juxtaposés ou superposés) modèles typiques des armes de chasse actuelles.
Viennent ensuite les méthodes de répétition manuelle (dans le sens où il faut actionner manuellement un mécanisme spécifique inclus dans l’arme).
Ces dispositifs sont le fusil à levier (la bonne vieille Winchester), le fusil à verrou (comme le Mosin Nagant cher à Solid Snake et  The End) et, on y arrive, le fusil à pompe.

Le fusil « à pompe » ou fusil « de combat » ou « shotgun » en anglais est une arme apparue au XIXème siècle. Ce fusil à canon lisse se distingue par un magasin tubulaire placé sous le canon, où les munitions sont disposés l’une derrière l’autre, cette disposition empêchant les amorces des cartouches de se toucher entre elles (risque d’accidents). Sur ce magasin tubulaire se fixe un rail dont le mouvement de va-et-vient éjecte l’étui vide et le remplace par une cartouche neuve.
Ce mécanisme remplace avantageusement le mécanisme à levier, car avec un fusil à pompe, il devient possible de recharger tout en gardant l’arme à l’épaule. Le fusil à pompe garanti un temps de réaction minimal, indispensable pour les tirs à courte portée, qui sont, le monde est bien fait, le domaine de prédilection du fusil à pompe.

L’arme est utilisée par les policiers et les militaires car elle possède des caractéristiques propres qui la rende indispensable dans certains cas de figure.
Le fusil à pompe possède une âme lisse, c’est à dire que son canon ne présente pas de rayures, en effet, le fusil tire des gerbes de plomb et les rayures n’ont aucune incidence sur ces derniers.

Au bout de ce canon se trouve cependant un rétrécissement que l’on nomme la choke. Quand on tire une cartouche remplie de plomb, ceux-ci se dispersent au fur et à mesure de la distance en formant un cercle grossier. Pour limiter cette dispersion, on rétrécit plus ou moins le canon de quelques dixièmes de millimètres pour influer sur la forme de la gerbe.

Ainsi, le canon peut être full-choke, 3/4 choke, 1/2 choke, 1/4 choke ou lisse (sans choke). Suivant les cas de figure, les Forces d’intervention comme le GIGN ou le RAID peuvent utiliser des fusils qui modifient la forme de la gerbe de plomb. Avec un rétrécissement en haut et en bas du canon, on obtient une gerbe ovale horizontale qui maximisera les chances de toucher une cible mobile, avec une choke verticale, on obtient un ovale resserré qui limite la propagation des plombs touchant ainsi une zone moins large mais plus haute (je vous laisse imaginer les dégâts d’une gerbe de plomb qui vous touche sur toute la hauteur de votre corps).

La munition emblématique du fusil à pompe est le calibre 12, c’est à dire qu’avec une livre anglaise de plomb, on peut faire 12 sphères qui auront le diamètre du canon (18.5 mm pour être clair). La cartouche se compose donc de plombs derrière lesquels se trouve la bourre qui pousse l’ensemble après l’explosion de la poudre par l’amorce qui se trouve dans le culot. La cartouche fait 70 mm de long et elle est considérée comme Magnum si elle fait 76 mm.

Cartouche de chevrotine

Le fusil à pompe tire donc surtout des plombs. Dans une utilisation militaire, ce sera de la chevrotine, munition spéciale qui se distingue par des plombs plus gros (est une chevrotine une munition qui possède moins de 28 plombs par cartouche).

Mais un fusil à pompe peut aussi tirer des balles. Ces dernières sont alors rayées elles-mêmes pour assurer une plus grande stabilité de tir. Attention, une balle ne doit pas être tirée d’un canon choké, mais lisse.

Vu que le calibre 12 est un diamètre assez conséquent, il permet de placer dans la cartouches des munitions très variés pour divers usages. Ainsi, les balles servent notamment à exploser les serrures d’une porte. 

Exemple de munition en caoutchouc

En remplaçant les plombs par des sphères de caoutchouc, on peut créer des projectiles non-mortels pour neutraliser une cible. Les cartouches peuvent aussi être remplies de gaz lacrymogène ou d’un mélange inflammable qui a pour but d’effrayer la cible.

De la chevrotine liée, vous devez mieux vous rendre compte de la dangerosité de ce truc. Et c’est totalement interdit en France, bien sûr.

Pour accroitre le pouvoir destructeur de l’arme on peut aussi mettre de la chevrotine liée (les plombs sont reliés entre eux par un fil de laiton), munition mortelle et extrêmement dangereuse même pour celui qui tire.

Oui, un fusil à pompe peut aussi tirer des grenades comme celles-ci.

Le fusil à pompe en situation de combat est surtout un canon lisse, car il souvent question d’engager le combat à courte portée et sans choke, la gerbe de plomb se disperse plus vite garantissant de toucher même avec une visée approximative. Les plombs permettent aussi par leur dispersion de multiplier les impacts, ce qui renforce d’autant son pouvoir vulnérant.

Décomposition d’un tir, on note la bourre libérant les plombs qui commencent eux-mêmes à se disperser.

Enfin, les plombs ne perforent pas les parois et ne ricochent pas. Contrairement à une balle blindée de fusil d’assaut qui risque de rebondir sur une surface dure, les plombs s’écrasent et sont même arrêtés par une paroi intérieur en plâtre, limitant ainsi les dommages collatéraux.

Pour toutes ces raisons, le fusil à pompe reste une arme indispensable aux forces d’interventions. Sa grande polyvalence, son mécanisme proche du fusil de chasse en font une arme simple d’utilisation dont la finalité n’est pas nécessairement létale.

L’arme a aussi un impact psychologique. Bien que cela soit sujet à débat, il semblerait que l’aspect massif de certains fusils comme le SPAS 12 tendent à freiner les velléités de certains délinquants qui se sentent alors vulnérables et sous-équipés. La longueur de l’arme, son bruit caractéristique quand on l’arme aurait un pouvoir dissuasif rien qu’en montrant le fusil. Même si le tir rate, la peur et le bruit peut suffire à amener un malfaiteur à se rendre.

Le SPAS 12

 

De nos jours, le fusil à pompe se décline différemment, ainsi, des modèles récents comme le Benelli M4 ou le SPAS 12 sont de vrais-faux fusils à pompe, sont des fusils semi-automatique, qui utilisent un mécanisme à gaz pour se recharger. La « pompe » ne sert qu’en cas de tir avec des munitions faibles (pas assez de gaz pour actionner le mécanisme) ou en cas d’incident de tir, auquel cas la cartouche faussée est éjecter par le mécanisme à pompe.

En outre, les armées utilisent aussi des fusil automatiques (le AA 12 par exemple) qui tirent comme une mitrailleuse des cartouches de calibre 12.

Le AA 12 et son chargeur

 

II – Le fusil à pompe dans le jeu vidéo.

Un gameplay spécifique et homogène

Le fusil à pompe répond à un cahier des charges spécifique qui recoupe assez justement un vrai fusil à pompe.

Ainsi, ce fusil est une arme de courte portée, presque de corps-à-corps dans certains jeux. Le tir n’est pas automatique, il faut attendre que le rechargement manuel soit terminé pour tirer à nouveau. Les munitions ne sont pas nécessairement limités, mais le temps de rechargement est long.

Comme le fusil de précision, l’arme est souvent fatale en un ou deux coups. Si il faut plus de tirs, alors on est en face d’un ennemi spécifique comme les derniers monstres de Doom, ou les soldats blindés d’un Uncharted.

L’arme est le plus souvent inutile au combat à distance (pas de dégâts) et dispose dans certains FPS un tir secondaire qui souvent dépense plus de munitions pour plus d’efficacité (Red Faction).

Hors FPS, le fusil à pompe a droit de citer dans le survival-horror, où il tiens une place spécifique. Dans Resident Evil, le fusil à pompe qui est aussi un fusil de chasse est l’une des premières armes, mais on l’utilise de façon très parcimonieuse. Soit pour détruire un ennemi spécifique (et pas le zombie de base), soit pour se libérer d’une situation d’encerclement fâcheuse.

Dans Resident Evil 3, la possibilité de mélanger des poudres permet de modifier les effets de l’arme, ces munitions alternatives se retrouvent aussi dans Tomb Raider: La Révélation Finale.

Dans SWAT 3 enfin, et dans une dialectique réaliste, le fusil à pompe sert à ouvrir les portes mais en changeant les munitions, il devient une arme anti-personnel efficace.
Enfin dans Uncharted, le fusil à pompe est mis dans des endroits spécifiques où le game designer sait parfaitement que nous serons confrontés à des ennemis nombreux qui viendrons nous assaillir au corps-à-corps.

Avec ce résumé, nous avons traversé je pense la plupart des situations où un fusil à pompe se trouvera entre les mains du joueur, mais l’arme a évoluer avec le jeu vidéo surtout dans le domaine du FPS.

Le baasculement du gameplay vertical vers le gameplay horizontal

L’évolution du fusil à pompe reprend celle que j’ai développé dans l’étude des armes de poings, a savoir que l’on bascule d’un gameplay vertical, où le fusil à pompe est souvent la deuxième étape dans la course à la puissance du joueur à un gameplay technique où le fusil à pompe devient une arme alternative que l’on utilise pour répondre à des besoins spécifiques.
Le fusil à pompe peut être perçu comme le pendant à courte portée du fusil de précision, auquel cas, certains joueurs utilisent exclusivement le fusil à pompe par gout pour cette arme.
L’utiliser est alors une démonstration de skill, le joueur doit rester mobile avec l’obligation de venir presque au contact. A réserver aux courageux.

L’exagération du fusil à pompe.

L’autre caractéristique du fusil à pompe est l’image que l’on s’en fait, toujours dans la surenchère et l’exagération. Si le cinéma bas-du-front des années 80 a concouru à cette image, le jeu vidéo l’a reprise sans problèmes où c’est avec des jeux bien testostéroné comme Doom ou Duke Nukem que le fusil à pompe à gagner dans le jeu vidéo cette exagération limite cartoon.

Ainsi, contrairement à ce que l’on pourrait croire, prendre une décharge de fusil ne fait pas reculer la malheureuse victime de 2 mètres en arrière dans une gerbe d’hémoglobine du plus beau vermillon. Je tiens cette affirmation non pas de mon expérience personnelle, vous vous en doutez mais du livre « Le guide des enquêtes décès », très bon bouquin de médecine légale (avec photos et tout…).

Le corps humain étant composé de tissu mous pour la plupart, le projectile transmet très peu de mouvement au corps; les balles ayant d’ailleurs une tendance soit à l’écrasement, soit à l’éclatement, mais jamais elles ne propulsent un corps, comme l’utilisation du fusil à pompe dans le jeu vidéo le laisserait supposer.

Une confusion des genres

On devine à peine le magasin tubulaire…

Le terme fusil à pompe devient tellement générique qu’il en devient une marque que l’on pose un peu n’importe où même dans les jeux où la présence d’un fusil à pompe semble curieuse.
Ainsi, les jeux de SF comme Mass Effect disposent de fusils à pompe, alors que ceux-ci ne tirent même plus de cartouches calibre 12. Dans le cas de Mass Effect on se demande parfois où se trouve le garde-main qui sert de pompe…

Et c’est pas mieux dans Deus EX: Human Revolution.

Impossible de priver le joueur de ce point de repère qu’est le fusil à pompe, on reprend même les handicaps classiques de cette arme pour les transposer dans le jeu alors que la technologie pourrait, il me semble, les contrebalancer sans difficultés.
Le fusil à pompe répond  ici à un besoin spécifique in game, outre sa classique efficacité à courte portée, le Katana de Mass Effect détruit les barrières biotiques et vident les jauges de bouclier. Au joueur alors d’utiliser cette spécificité au mieux.

Dans le même esprit, Lara Croft dans Tomb Raider 2 se sert d’un fusil à canon scié, alors qu’il s’agit clairement d’un fusil à pompe. Certes un fusil à pompe peut avoir un canon scié, mais l’utilisation classique de ce terme sous-entend dans la culture geek un fusil à canon juxtaposés dont on coupe la crosse et le canon au plus prêt.

Dans ce genre de confusion, c’est Uncharted 3 qui remporte la palme avec le fusil à pompe à canon scié qui n’est pas du tout un fusil à pompe, mais un fusil juxtaposé à canon scié.

Les Roses d’Onyx de Bayonetta

Par ailleurs, le fusil à pompe n’est pas une fin en soi et le rôle du fusil à pompe est parfois repris par un fusil de chasse juxtaposé, dont les canons sont souvent sciés, par exemple avec Serious Sam. Le juxta ou même le superposé deviens une arme encore plus caricaturale quand il es  t utilisé dans le jeu vidéo chose qui se retrouve avec le jeu précédent mais aussi dans Bayonetta ou Gears of War. Dans ce cas très souvent, le fusil à canon scié est parfois considéré comme plus puissant que le fusil à pompe, chose fausse car c’est la même munition qui est tirée.

 

Le shotgun de Gears of War 3 C’est pas le même style, mais ça fonctionne pareil

Le fusil à pompe est indissociable du jeu vidéo. Il est un équilibre subtil entre sentiment de toute-puissance et prise de risque. Là où le sniper doit faire preuve de précision et de discrétion, le guerrier au fusil doit aller de l’avant, et se frotter au plus près de ses adversaires. C’est ce shoot d’adrénaline qui donne à mon sens toute la saveur à l’utilisation d’un fusil à pompe. Et bah! Pas besoin d’y réfléchir plus longtemps, ce n’est pas dans sa philosophie!

Publicités
Cet article a été publié dans Les armes emblématiques du jeu vidéo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s