South Park, ça va mal.

Et ça va même très mal. Mais ne nous laissons pas abattre grâce à cette vidéo.

Les américains sont maitres dans le dessin anime satirique. Ce style si particulier qui dépend la société, la critique toujours avec un certain cynisme, et surtout avec un humour que nous, français, sommes bien incapables d’atteindre.

Les Simpsons, Daria et American Dad sont d’excellents représentants de ce type de série.

Mais le plus impertinent, le plus border-line, crade, parodique et intelligent est sans conteste South Park.

Toutefois je trouve que cette saison 15 démarre très mal, car je me suis rendu compte que je me forçais à rire… On arrête donc là les frais et on analyse pourquoi.

Habituellement, il y a un épisode charnière où une série devient une catastrophe. Mais parfois le glissement peut se faire de façon progressive et c’est avec le recul qu’on se rend compte la série en question est devenue n’importe quoi.

South Park est dans cette phase là.

Les dernières saisons sont clairement dans une phase descendante mais il a fallu du temps pour m’en rendre compte car quand on aime South Park, il y a un déni assez fort. Une série aussi exceptionnelle ne pouvait pas devenir médiocre…

La grande force de South Park réside depuis toujours dans son savant mélange d’actualité, de références et d’humour totalement burlesque, absurde et crade. Cependant, depuis la saison 12 (a peu prêt), on observe une prééminence de l’actualité ou des faits de société dans les épisodes de South Park. La chose devient tellement importante que tous les gags et les répliques sont conditionnées par le fait qui sert de base à l’épisode.

Critiquer la société, c’est bien certes, mais encore faut-il le faire intelligemment et surtout drôlement. South Park parvenait parfaitement à le faire. Pour cela la série mettait le-dit problème au second plan et mettait au premier plan les gags, les répliques qui n’ont pas grand chose à voir avec le sujet. Exemple, quand Cartman danse la danse allemande (lala-itou) ou que Barbara Streisand se transforme en mecha. C’est cela que l’on retient de South Park. Puis à la fin intervient le célèbre: « Vous savez, j’ai appris un truc aujourd’hui. » qui sert de caution morale et qui permet d’évacuer le problème d’actualité qui était le thème de l’épisode, toujours avec une réponse de bon sens qui est l’avis de Parker et Stones sur le-dit sujet.

South Park a bâtit son succès sur son humour et ses répliques cultes qui sont indépendantes de la morale à faire passer.

Mais aujourd’hui, il n’y a plus aucun délire dans la série. Les personnages principaux, et cela devient criant dans la saison 15, sont transparents. Ils ne se parlent même plus entre eux, car il y a toujours désormais des guests caricaturés qui s’interposent et qui prennent toute la place.

Même si la parodie d’Inception est super marrante, il n’en reste pas moins que Stan se trouve dans une situation en total décalage avec ce que l’on connait de lui. C’est une technique fréquente et qui plombe gravement la série. Les persos, dont on fait l’effort de leur créer un caractère pendant plusieurs saisons, se voient soudain transformés et modifiés à la guise des scénaristes uniquement pour que cela puisse servir de caution et de justificatif aux propos de l’épisode en cours. (saison 15 « Human CentiPad »)

C’est cette inversion dans les propos de la série qui détruit entièrement son humour. Auparavant, les situations comiques étaient au premier plan, comme avec l’introduction du tout premier épisode où l’on « shoote dans le bébé! », c’est absurde, décalé et juste drôle au même titre que peut l’être un sketch des Monthy Python.

Aujourd’hui, la série essaye a tout prix de faire passer le message, la critique passe alors au premier plan mais on conditionne toutes les situations dans ce sens et l’humour passe au second plan.

Quand on essaye d’être satirique, il est vital d’être d’abord drôle et ensuite par le biais de l’humour de faire passer ce que l’on veut. Mais si on essaye d’être avant tout un donneur de leçon et que l’on tente de mettre une couche d’humour pour faire passer ça, alors on reste juste un donneur de leçon.

South Park devient de plus en plus comme ça. On note presque que les épisodes en cours de South Park ressemble plus à des épisodes de remplissage d’un Naruto, où l’on cherche vite le truc à la mode (saison 14 « It’s a Jersey thing ») pour le parodier en quatrième vitesse. La grande réactivité à l’actualité est une force de South Park mais c’est actuellement en train de devenir une faiblesse car on empêche peut-être aux gags de mûrir.

Le rythme de travail explique peut-être cette baisse de forme dans les épisodes. Peut-être aussi y a t’il eu des changements dans les équipes de scénaristes, que sais-je.

Il est vraiment étrange de voir que l’épisode 2 de la saison 15 de South Park essaye de se moquer des humoristes en expliquant qu’il ne faut pas prendre les comiques au sérieux avec des cérémonies officielles, tout en se moquant des structures des gags des humoristes actuels (voir Funnybot qui semble placer des mots-clefs dans les gags de façon mécanique). Mais South Park est l’ombre d‘elle-même et je lui formule à son encontre cette même critique.

Mais Mme Garrisson vient vous sauver avec la théorie de l’évolution…

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s