Avril 2011: le mois du manga.

Mois important pour les lecteurs de BD jap’.
Plus précisément, quatre jours à ne pas rater, à savoir le 1er, 14, 15 et le 20 avril.

Le 1er avril chez Kana.

Avec les créateurs de DeathNote qui reviennent pour le sixième tome de Bakuman.

 

 

Les péripéties très instructives de deux jeunes qui veulent percer dans le manga. Par moments un peu trop grandiloquent (faire des tonnes d’epicness quand on pose une trame, c’est limite), il n’en reste pas moins que c’est un manga qui explique vraiment le quotidien d’un mangaka. Le tout avec deux perso principaux excellents tant au design que sur la psychologie.

 
Le 14 avec deux sorties chez Kurokawa.

La première est vitale, puisqu’il s’agit de l’avant-dernier tome de Full Metal Alchemist!

 
Vingt-sept tomes pour conclure la série (qui a commencé en France le 08/09/2005… Déja?) et deux animés. Le premier (qui m’a fait découvrir la série sur Canal +, et qui a une VF excellente, c’est important de le souligner) part dans une autre direction et offre une fin qui lui est propre, il se conclu avec l’OAV Conqueror of Shambala.

Le manga prend lui une autre direction avec plus de personnages secondaires. Le second anime, reboot de la série, suit la chronologie du manga. Cet anime est terminé et semble suivre la fin du manga. ANIME QUE JE N’AI PAS VU! Merci d’éviter les spoils, je me garde la fin avec le manga…
L’autre sortie importante de ce jour est le 17ème tome de Saint Seiya: Lost Canvas.

 

Les sorties s’enchainent à un rythme impressionnant (tous les 2 mois, si je calcule bien), donc bravo à Kurokawa.

Préquelle à nos Chevaliers du Zodiaque, Lost Canvas décrit le combat contre Hadès lors de la précédente guerre. Mlle Shiori TESHIROGI est au dessin, et c’est très bien! On abandonne le trait merdique de Kurumada (désolé).

Des persos beaucoup plus classes et des nouvelles têtes qui complètent la liste de chevaliers et d’armures. Surtout, on reste dans une dynamique shonen, tout en abandonnant (ou édulcorant) la redondance de la narration propre à cette série (les combats sont moins stéréotypés, ouf).
Un meilleur travail sur la mythologie, même si il est difficile d’effacer les contradictions et autres bizarreries propres à la série.
Du tout bon que le fan de CDZ ne manquera pas d’acheter.

Le lendemain, on retourne chez Kana pour…

 

 

Le créateur de Monster (que vous avez forcément lu) nous pose la suite de sa vision d’Astro. En reprenant l’épisode d’Astro « Le robot le plus fort du monde ». On se retrouve avec une subtile enquête où un robot policier (petit clin d’oeil à Asimov) doit élucider les meurtres de robots fameux et très puissants.

Touours nickel au dessin, souvent triste, un excellent manga qui a gagné le prix intergénération à Angoulème.

Une petite semaine plus tard, deux sorties chez Glénat.

La première est le 34ème tome de Berserk.

Si vous ne connaissez pas, vous allez me faire le plaisir de combler cette lacune de suite.
La série avait été stoppé chez Glénat pendant quelques mois, le temps au Japon de prendre de l’avance, je pense.
Depuis pas mal de tomes, Kentaro MIURA abandonne l’aspect ultra-violent de son œuvre pour se lancer dans une direction plus fantasy. Guts n’est plus seul, un véritable parti d’aventurier l’accompagne et sa quête de vengeance passe au second plan.
Les derniers tomes sont un peu en deçà de ce que l’on peut attendre de MIURA, mais j’ai bon espoir pour qu’il redresse la barre assez rapidement, surtout quand l’action va s’intensifier.

La deuxième sortie est le tome 14 de Gunnm Last Order.
Nouvelle série qui n’en ai pas réellement une puisque Last Order est la suite directe de Gunnm. Pour bien suivre il faut oublier le dernier chapitre du dernier tome de la série classique pour enchainer avec le premier tome de Last Order.
Le dessin est plus « lisse », mais ce n’est pas désagréable. Ce manga a surtout un grand intérêt pour moi car il développe le background de Gunnm, excellent univers de SF comme on en fait plus, c’est à dire un mélange subtil de fantasme et de rigueur scientifique.

Beaucoup de sorties de licences connues donc, et surtout six séries que je vous recommande chaudement si vous ne les avez pas.

Bonne lecture.

Publicités
Cet article a été publié dans BD/Mangas. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s